Asilah la perle du Maroc

Asilah la perle du Maroc

Asilah Perle du Maroc

Cromlechs de M’Soura


Au Maroc Dans une vallée calme, à env. 10 km au sud d'Asilah, un cercle de 170 menhirs se présente. Ces grands blocs pointus sont un lieu de culte.
Les cromlechs, soit des formations circulaires construites de blocs verticaux appelés menhirs, furent créés au néolithique et à l'âge du bronze. Ils auraient servi de lieux de culte et de réunions tribales. Les cromlechs les plus connus sont ceux que l'on trouve en Bretagne, en Angleterre (le fameux Stonehenge) et en Irlande. Les monolithes de M’Soura sont larges de 50 cm et hauts de 6 m, l'écart entre eux étant de 5 m et le diamètre du cercle d'env. 55 m. La légende veut qu'il s'agisse de la tombe d'Antée, fils de Neptune (roi des mers et océans) et de Gaïa (Terre).

Pittoresque et vaste, la plage paradisiaque est longue de plus de 3 km.

Ce qui impressionne le plus ce sont les marées. Lors de la marée basse, l'océan semble prendre une profonde inspiration et s avaler lui-même en une longue gorgée. La différence de niveau d'eau est la plus visible tôt le matin. La marée basse laisse de nombreux spécimens de coquillages, ramassés avec enthousiasme par les locaux et les touristes.

Asilah fut fondée par les Carthaginois sous le nom de Zilis. Grenier riche et port commercial pratique, la ville fut convoitée par de nombreuses puissances. Asilah fut occupée par l'empereur Octavien. Après la chute de l'Empire romain, elle passa de mains en mains jusqu'à être conquise en 972 par les Arabes, Les Portugais apparurent à Asilah en 1471 avec la grande croisade. Ce n'est qu'au XVIIe s. que le sultan marocain Moulay Ismail à leur reprendre la ville.

Asilah est divisée en deux : la ville nouvelle à caractère contemporain et la médina entourée d'une haute muraille.
Pour y arriver, on traverse la porte el Homar, ornée d'armoiries effacées au temps du roi Alphonse V du Portugal 1438-1481). Les bâtiments de la vieille ville sont assez caractéristiques, à prédominance de petites maisons blanches aux volets bleus.

L'édifice le plus haut de la médina et en même temps le plus caractéristique est la tour de défense El Kamra, bâtie au XVe s. par les Portugais. Cette structure massive construite selon un plan rectangulaire dispose d'une finition en créneaux. Les petites fenêtres servaient en même temps de meurtrières et de points d'observation. Près de la tour, une porte offre une excellente vue sur l'océan et le port, À gauche de la porte ; située dans l'ancienne écurie municipal ; l'entrée du Centre Hassan 11 des Rencontres Internationales se présente.

C'est justement au Centre Hassan H des Rencontres Internationales que chaque année, depuis 35 ans déjà, on organise le Moussem Culturel d'Asilah et diverses activités culturelles auxquelles les artistes originaires des pays du bassin méditerranéen sont invités. L'idée du Moussem Culturel est d'unifier les habitants des pays méditerranéens.

L'été (de juillet à août), Asilah se voit envahie par les artistes : écrivains, musiciens, peintres, sculpteurs, danseurs et poètes dont chacun crée et présente ses œuvres. Idée récente, les défilés de mode présentent des tenues arabes traditionnelles (djellabahs, cafetans), conçues par de célèbres créateurs de mode arabes. Lors du Moussem, on organise également des performances de groupes de danse et de chanteurs folkloriques.

Mais le moment le plus spectaculaire du Moussem arrive quand de célèbres peintres, choisis par les ambassadeurs des pays participants, peignent les murs des maisons. En 2011, c'est l'Espagnole, Caria Qucrejeta Roca, qui fut choisie pour réaliser sur les murs du Centre Hassan 11 des Ken- contres Internationales son travail intitulé Tanger, Paris, Pékin, Tanger. U s’agit de plusieurs peintures murales sous forme de carrés aux côtés mesurant de 40 jusqu'à 150 cm. Inspirée des paysages et des toits des trois villes citées dans le titre, son œuvre peut être admirée encore aujourd'hui.

Le monument dont l'intérieur ne peut être visité que lors du moussent culturel ; le palais du pirate marocain ; connu sous le nom de Palais de Kais- Souli (ou Palais de la Culture) ; est une résidence de 1906 située, l'ouest du Centre Hassan II des Rencontres Internationales, Aujourd’hui ; il joue le rôle de centre culturel ; où des conférences et rencontres avec les artistes ont lieu lors du festival. Massif ; ce bâtiment A deux étages aux murs blancs, semble presque accolé aux murs de la médina du c6té de la mer et ainsi II est difficile à voir depuis la rue étroite. Restauré en 1970, l'intérieur offre de riches ornements en stuc (cours intérieures), plafonds aux belles peintures et mosaïques multicolores sur les planchers et murs.

Laisser un commentaire

* nom:
* E-mail: (Non publié)
   Site Web: (URL du site avechttp://)
* Commentaire:
code de type